Duke écolo … le recyclage chez Ellington / part 1

Claude Carrière et Leïla Olivesi, 17-octobre 2016

Pour la conférence de rentrée, reconstitution du duo gagnant Leïla-Claude : cocktail garanti de compétence, d’humour, de classe, de charme et de piano pour évoquer l’art avec lequel le maestro sait se rejouer lui-même pour mieux se renouveler. Claude Carrière : « Reprendre des idées, des formules, des phrases ou des thèmes que le compositeur a inventés lui-même et déjà utilisés est une pratique vieille comme le monde, assez fréquente chez les « classiques » par des mises en abîme littéraires ou artistiques. Ellington et Strayhorn ont recouru eux aussi à ce « recyclage », un peu comme les improvisateurs reprennent des clichés emmagasinés par leur mémoire et s’amusent à citer des thèmes connus. Dans le domaine de l’écriture musicale, ce recyclage est bien plus conscient puisqu’il ne tombe pas « sous les doigts » comme chez l’instrumentiste. Il peut être motivé par la volonté de profiter d’une trouvaille bien tournée, ou par celle  de s’identifier ou encore de faire un clin d’œil à un ami ou à un autre musicien. Dans tous les cas, explorer ce domaine particulier, parmi les centaines d’œuvres du monde ellingtonien constitue un divertissement de choix et nous donne l’occasion une fois de plus de saluer l’immense travail et l’inépuisable fécondité du Duc et de son « alter ego ».

Claude Carrière a été journaliste à Jazz Hot de 1969 à 1980, producteur à France Musique de 1975 à 2008 (diffusion intégrale de l’œuvre d’Ellington « Tout Duke » et nombreuses séries thématiques), il a crée le « Jazz Club » en 1982 avec Jean Delmas, diffusé chaque semaine en direct. Claude a également réalisé de nombreuses rééditions phonographiques et albums thématiques. Il a présidé l’Académie du Jazz de 1993 à 2004 et l’Association Grands Formats jusqu’en 2011. Pianiste, il a publié deux  albums « Looking Back » et « For all we know » (avec la jeune chanteuse Rebecca Cavanaugh). Officier des Arts et Lettres, président d’honneur de l’Académie du jazz.

Leila Olivesi a découvert le jazz dès l’âge de treize ans au sein de la troupe des P’tits Loups du Jazz avec laquelle elle enregistre quatre disques et se produit sur les grandes scènes parisiennes : Olympia, Théâtre des Champs-Elysées, Cirque d’hiver. Après une maîtrise de philosophie à la Sorbonne, elle sort diplômée en piano jazz et en composition du conservatoire. Elle forme en 2002 le Brahma Sextet avec lequel elle gagne plusieurs concours : Tremplin Jazz à Montmartre, 1er prix de groupe et 2d prix de composition aux Trophées du Sunside. Elle est remarquée au tremplin Jazz Ile de France et au Concours National de Jazz de la Défense. En 2004, elle enregistre son premier album « FRIDA » qui reçoit un prix SACEM. En 2006, elle est invitée au Midem pour une création SACEM avec son projet Aïcha Kandicha et elle réalise une tournée en Grèce et en Turquie avec Cultures France. Le ministère de la jeunesse et des sports lui décerne un prix Défi Jeunes pour son album « L’Etrange Fleur » qui sort chez Nocturne en 2007. Leïla Olivesi a joué avec Magic Malik, Elisabeth Kontomanou, Rick Margitza, Manu Codjia, Sébastien Llado, Alex Terrier, Ali Jackson, Stéphane Belmondo, Jeanne Added, Julien Alour, Anne Paceo… Elle se produit dans de nombreux festivals en France et à l’étranger comme Ankara Jazz Festival, Marciac, Orléans… Leila compose également des musiques de films.