Duke Ellington et les Suites / part 4

Claude Carrière, 16 décembre 2014

De Reminiscing in Tempo (1935) à la Togo Brava Suite (1971), l’œuvre de Duke Ellington aura été sertie de ces « travaux longue-durée » dont seuls les radieux Black Brown & Beige (1943), A Tone Parallel To Harlem (1951), Such Sweet Thunder (1957) et Far East Suite (1966) ont quelque peu échappé à l’oubli. Mal reçues par la critique, incomprises par une bonne partie d’un public, il est vrai mal préparé à appréhender ce type d’œuvre, les suites constituent peut-être l’héritage ellingtonien le plus dense et le plus foisonnant. Il est urgent d’apporter un éclairage positif sur ces joyaux dont la teneur des éclats, la richesse d’inspiration et l’extraordinaire liberté de ton ne peuvent que subjuguer l’auditeur d’aujourd’hui. C’est bien sûr l’ami Claude Carrière, alias « Monsieur Tout Duke » qui se chargera de cette mission dans le cadre de cette quatrième « saison » dont Portrait of Ella Fitzgerald, Jazz Festival Jazz (Newport 1958), Toot Suite et Queen’s Suite pourraient bien être les héros…

Claude Carrière a été journaliste à Jazz Hot de 1969 à 1980, producteur à France Musique de 1975 à 2008 (diffusion intégrale de l’œuvre d’Ellington « Tout Duke » et nombreuses séries thématiques), il a crée le « Jazz Club » en 1982 avec Jean Delmas, diffusé chaque semaine en direct. Claude a également réalisé de nombreuses rééditions phonographiques et albums thématiques. Il a présidé l’Académie du Jazz de 1993 à 2004 et l’Association Grands Formats jusqu’en 2011. Pianiste, il a publié deux  albums « Looking Back » et « For all we know » (avec la jeune chanteuse Rebecca Cavanaugh). Officier des Arts et Lettres, président d’honneur de l’Académie du jazz.